AUTORITÉ DIGITALE
Actualité high-tech et numérique

D’ici la fin du mois Huawei pourrait reprendre les affaires aux États-Unis

Les entreprises américaines pourraient dans deux semaines reprendre leurs activités avec le constructeur chinois, sur approbation de licence temporaire, selon un rapport de l’agence Reuters, citant un responsable de l’industrie.

En mai dernier, une supposée affaire d’espionnage est allée plus loin jusqu’à en pousser les États-Unis à inscrit Huawei sur une liste noire qui l’empêche d’utiliser du matériel ou du logiciel, notamment Windows et Android, développé aux États-Unis.

Plus tôt ce mois-ci, lors du sommet G20 passé, par un communiqué de presse, Donald Trump a autorisé les entreprises américaines à vendre à Huawei, tout équipements ne posant pas grand problème de sécurité nationale.

Dans le même mois, le Département du commerce des États-Unis a commencé à autoriser des entreprises locales à demander des licences afin de vendre des produits à Huawei. « Comme il n’y a pas d’inconvénient, les entreprises soumettent des demandes, comme le prévoit la réglementation », a déclaré Kevin Wolf, avocat et ancien responsable du département du Commerce.

Mais malheureusement, aucun détail n’était fourni sur le moment où ces licences pourraient être accordées jusqu’à ce qu’un haut responsable américain affirme à Reuters que le gouvernement pourrait approuver les premières licences temporaires dans deux semaines environ.

Ces licences ne seront approuvées que si elles ne représentent pas une menace pour la sécurité nationale, a déclaré le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, bien que les sociétés ayant demandé l’autorisation de travailler avec Huawei n’aient pas encore été révélées.

Huawei ne soutient pas cette option

Pour Huawei, accorder des licences ne devrait pas avoir lieu parce que la société estime n’avoir violé aucune loi et devrait être autorisée à traiter avec des entreprises américaines sans qu’il soit nécessaire de demander une licence temporaire. Un porte-parole de la société déclare :

Les restrictions de la liste des entités doivent être supprimées, au lieu d’appliquer des licences temporaires aux fournisseurs américains. Huawei n’a pas été reconnu coupable d’aucune infraction pertinente et ne représente aucun risque de cybersécurité pour aucun pays, donc les restrictions ne sont pas respectées

Bien que Donald Trump ait désarmé un peu la situation, l’équipementier chinois reste sur sa ligne en attendant le coup de feu décisif pour être sûr de reprendre ses activités commerciales sans avoir à supporter d’éventuel autre bannissement parti sur de simple supposition.

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

POPULAIRES CETTE SEMAINE

POPULAIRES CETTE SEMAINE

NEWSLETTER

Abonnez-vous et recevez nos actualités chez vous

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

31 + = 39